HM2F   |  Témoignage de J.
après la première rencontre organisée par le collectif

des Homosexuel(le)s   Musulman(e)s   2   France
(ces témoiganges n'engagent en rien la responsabilité du collectif ou des sympathisants de HM2F,
ils ont été mis en ligne sans aucune modifications)



La première réunion de notre collectif HM2F
a eu lieu le

SAMEDI  30  JANVIER  
de 17h à 19h


(dans une salle qui nous est réservée exclusivement)


Salam,

Mon parcours personnel

je suis de l'ile Maurice, j'ai 23 ans et je suis étudiant étranger vivant en France depuis peu. Vers l'âge de 7-8 ans environ j'ai constaté ma différence d'orientation sexuelle par rapport aux autres enfants de mon âge. A 11 ans, j'étais admis dans un collège pour garçon et j'étais sujet à des humiliations de la part de mes camarades de classe. Ce qui me poussa à l'exclusion par craindre d'entendre de propos humiliants, et du coup, je m'éloignais des activités en équipe. A ce moment là, je ne trouvai nul repère pour m'accrocher sauf Islam qui était contre la violence verbale et physique. Je me suis mis à rechercher la connaissance de la religion et trouva dans celle-ci ma vrai raison d'être en tant qu'homosexuel, dans tout ce que je faisais et ce que je subis, la présence divine était embrassant de part Sa miséricordieux. Car je me sentais protéger par cette Présence. La sexualité ou la place de la femme en islam n'était pas des sujets tabous à l'ile Maurice, on n'en parlait moins ou pas du tout. Ce qui préoccupait les musulmans là-bas c'était plutôt d'enrichir leur connaissance sur les 5 piliers de l'islam (basique): la foi, la prière, le jeune, l'aumône et le pèlerinage. A 11 ans, je vois jaillir devant moi une grande mosquée dans mon village, dirigée par mon oncle, et mon grand père maternel me guidera ensuite dans les chants religieux: deux grandes influences dans ma vie dans ce parcours islamique et toujours pas de sexualité. Éventuellement, pour moi la sexualité faisait parti de moi et qui ne m'empêcher pas de vivre ma religion en même temps car j'ai réalisé que Dieu ne demander rien que la reconnaissance de Lui,  dans le Coran.  A 15 ans j'emprunte un chemin fondamentaliste influencé par le wahhabisme et qui me remettra en cause ainsi que ma sexualité, et je réalisai la froideur qui y émane, ce qui ne me mettait pas à l'aise car trop de restriction. A 17 ans, je choisis définitivement une voix plus flexible et tolérante à toutes confessions, chaleureuse qu'est le soufisme, ce qui aboutira à une nouvelle recherche de Soi et qui met l'accent sur la relation entre Dieu et Moi avant tout. Le Soufisme a beaucoup influencé les musulmans mauriciens et  du coup, il m'était très accessible. A 20ans je suis en France pour mes études en psychologie où je constate le conflit entre sa sexualité, l'islam et ses origines, et les manques des informations sur ces sujets ainsi que l'absence de tel association comme repère pour tous ceux qui voient une source d'angoisse, d'incompatibilité, d'insécurité et d'incertitude au niveau de ces trios ci-dessus. Pour moi c'est des débats qui me remettent en question car on voit ressurgir des nouvelles critiques qu'on doit faire face selon les différentes régions et cultures et ce changement d'un environnement où la sexualité est presque ignorée (ile Maurice) et à un autre où la sexualité est accentuée (en France) m'a poussé à cette réunion.

Mon impression sur cette réunion :

 

Pour une première fois, c'était un très grand pas courageux et qui promet. On a parlé un peu de tout en général ce qui concerne tout un chacun confronté à sa sexualité et sa religion, encore faut-il les voir en profondeur pour une meilleure compréhension et éventuellement l'acceptation du mariage entre la religion et la sexualité. La religion se doit être une liberté individuelle au niveau de la pensée, où l'esprit se sens bien dans ses actes et non un fardeau et une obstruction pour mieux appréhender le divin...point de contrainte dans la religion.  

 

 

Les points fondamentaux qu'on a vus ensemble sont (selon les expériences personnelles de chacun d'entre nous qui était présent, et non en général):

(1) islam et l'homosexualité

(2) la France et l'homosexualité

(3) l'homosexualité dans la vie privée (impliquant la relation entre la personne et son entourage c'est à dire sa famille, le coming-out)

 

(1) Islam et l'homosexualité

 

On n'a discuté l'islam dans son implication individuelle entre l'homme et Dieu; l'homme est responsable de ses actions et sera jugé auprès de Dieu pour ces dernières. La sexualité n'est pas un choix, comme on ne choisit pas notre noms de famille ou lieu de naissance; la sexualité est une prédisposition psychique (ou affinité pulsionnel dans le sens le plus large car l'activité mentale est régit par les pulsions (forces psychiques), ou sinon tendance psychique à emprunter une certaine voix involontairement.

Rien n'échappe à la volonté Divine, donc notre existence a certainement une raison d'être, en d'autre mot renié notre sexualité c'est renié la volonté divine.

Pour justifier notre existence, on a eu recours au coran et à la sunna, et les opinions des savants musulmanes:

(i) Selon le Coran: fait mention du viole commis par le peuple de lut aux étrangers du même sexe, un interprétation qui n'est pas sans équivoque

(ii) Les hadiths qui en font mention sont faibles sur les bases de catégorisation de chaine de transmission (isnad)

(iii) La condamnation chez certains savants, toutefois on note une certaine tolérance chez les sufis

on a aussi fait mention de la plasticité de l'islam à des exigences moderne.

 

(2) La France représente pour certain homosexuel musulman (immigré surtout), un terrain fertile pour l'acceptation de leur homosexualité par une certaine ouverture d'esprit à cet égard. Mais l'autre partie de son identité qui concerne le fait d'être musulman reste toujours incompréhensible par La France et donc à revoir...est-il possible d'être musulman et homosexuel?

 

(3) l'homosexualité toujours vue comme une maladie par certain entourage bien que toléré (le doute est toujours là), par contre il y a toujours cette peur pour certain de faire le coming-out de peur de décevoir la famille qui est conditionnée dans une certaine idéologie culturelle conservatrice; voir la peur de l'humiliation des certains parents à l'encontre des proches ou voisinages.

 

 Je suggère qu'on doit revoir/re-analyser/ redéfinir objectivement (non de façon subjective) ces constats point par point selon un point de vue historique, son implication sociale et le 'pourquoi' de ces interrogations ci-dessous et les doutes qui y subsistent:

(1) l'islam et l'homosexualité au niveau historique

(2) c'est quoi d'être homosexuel en France? et c'est quoi être homosexuel-musulman en France? C’était quoi d'être homosexuel avant et maintenant en France?

(3) idéale parentale et son héritage idéologique

 

Cela revient à redéfinir l'homosexualité selon le point de vue personnel de chacun d'entre nous par rapport à notre vécu dans une perspective environnementale et innéiste, ou est-ce qu'il y a une définition (cause à effet) à notre sexualité?

 


Salam,  J. C.


Second témoignage avec Jamal : « Légende d'une féminité assumée par certains hommes »

C'est une longue histoire que l'histoire qui me lie au Henné. J'aime le henné comme un artisan aime sa création. Le henné est une passion, que je ne cesse de mettre en avant. Au delà de sa couleur et des beaux dessins qui raffinent le corps, je suis aussi attiré par sa symbolique et le sens profond que cette pratique, de mettre le henné, apporte. Le henné devient un lien, entre moi qui le met, la personne à qui je le mets et Allah.

Si je dois revenir à mon enfance, la première chose qui me viendrait à l'esprit est la présence quasi sacré du Henné dans les mariages et les fêtes musulmanes. Mon intérêt pour le henné n'a cessé de grandir avec le temps, et bien évidement comme dans toute société machiste, il fut contesté : Les hommes voyaient en cette pratique un développement de la féminité, ma féminité. Quant aux femmes elles voyaient en cela un manque de virilité.

Cette contestation de la part de mon entourage me poussa à travailler le henné très discrètement, loin des autres, et à l'appliquer sur mon propre corps. C'était difficile, parce que j'avais toujours peur que quelqu'un me surprenne et le dise à la famille. Ce n'est que très récemment que les gens ont acceptés de me voir faire du henné. Il faut dire que, malgré les mentalités obtuses, il y'avait aussi des gens indulgents : des hommes et des femmes qui voyaient en cela un art à part entière, et trouvaient que dessinaient avec le henné rejoignait a part égale le dessin, la peinture et la musique.

Aujourd'hui, je peux dans les différents mariages le mettre au marié et à la mariée ; cela se passe généralement lors de la cérémonie du henné qu'on nomme – en Inde et au Pakistan - : MEHENDI, qui signifie « henné » en langue Ourdou ; cette cérémonie ayant lieu le plus souvent le Samedi.
                Là-bas, une ancienne légende Chiite dit :

« … que la femme qui meurt le henné à la main sera reconnue par la Reine du Paradis, Fatima Az-Zohra (que la bénédiction d’Allah soit sur elle) comme étant une de ses adeptes … Il est le symbole de la virginité éternelle au paradis. Il est dit que la plante qu’Allah aime le plus en ce monde est la plante du henné, ce qui sacralise son essence. Il est d'une couleur (acajou, couleur de la passion) qui ravie le cœur de l'amoureuse dans l'intimité, attendant la venue de son bien aimé lors de la nuit de noce.

Le henné symbolise la fertilité du cœur, siège de l’amour. Les motifs du henné sont souvent des fleurs, des feuilles, des branches semblables à l'arbre du Touba qui s'enracine profondément sur la montagne céleste de Qaf.  Dieu planta l'arbre de Touba de Sa Main dans le jardin de l'Amour et lui insuffla de Son Esprit.

La terre où il est planté est faite de musc et d'ambre, mêlé de camphre. Cette terre est plus blanche que la plus blanche des neiges, et sent si bon que nul ne peut décrire son odeur exactement. Le tronc de cet arbre est de rubis et ses branches d'émeraudes. Ses feuilles, faites de velours, ont la forme d'oreilles d'éléphants. Ses fleurs sont d'or, le plus beau qu'on pourrait décrire. Les fruits sont en forme de perles. Ils sont plus blancs que la neige et plus limpides que le cristal... »

 

«Je dessinerai cet Arbre sur ton dos Qalbi ; Comme s'il s'enracine sur le Mont Qaf »

 

L'autre aspect du henné est son caractère éphémère comme la création. Toutefois, il est éternel dans la pensée de celui qui l'applique comme la création est éternelle dans l'instant présent. Rien dans les motifs du henné ne se ressemble, comme dans la création, rien n'est pareil.

 

« Le henné est l'ancre de mon sang ; Avec quoi j'attesterai mon amour pour toi ;

Sur Le livre de ton Coeur InshAllah »

 

Wassalam halaykoum oua rahmatou Allah oua barakatouh - Samy, d'après ses discussions avec Jamal qui est désormais administrateur responsable du groupe Prières et Méditations de HM2F - l’intégralité des comptes-rendus de HM2F  sont disponibles ici








______________________________________


Journées Annuelles de rencontre   -  JAR  ­­2010

 

Les JAR été organisées par l’association David et Jonathan, du 22 mai jusqu’au 24 mai 2010 à la ferme de Courcimont à Nouan-le-Fuzelier. Le 22 Mai, les membres de notre association ont animé un atelier sur le thème « Vivre son homosexualité en étant Musulman ». On a abordé les problématiques suivantes : Est-il possible d’être homosexuel-le-s et musulman-e-s ? Est-ce une réalité ? Peut-on vivre en Paix !?

Afin d'élucider ces questions, l’atelier était divisé en 5 parties consacrées à notre thème précité :

1 - Nous avons parlé de la genèse de l’islam ; les cinq fondements de l’islam, l’évolution de l’islam pendant les 23 ans du prêche du prophète Mahomet ASWS, et aussi la tolérance de l’islam vis-à-vis des autres enseignements antérieurs, suivi d’une récitation de psaumes.

2 - L’infrahumanisation, comment répondre à la violence extrémiste ; le fait que l’infrahumanisation marginalise certaines des minorités ; et pour contrecarrer ce phénomène nous devons éduquer et purifier nos représentations. La présence de l’homosexualité chez les premiers arabes, suivi de la récitation du psaume.

 3 - Orthopraxie et métaphysique islamique, la place de la sexualité & du genre, l’interdiction de violenter les minorités sexuelles par le prophète de l’islam ; allusion furtive de l’homosexualité dans le coran. L’orthopraxie islamique traditionnelle n’acceptait pas une homosexualité visible.

4 - Humanisme & Universel ; une réforme islamique existentialiste?

5 - HM2F & DJ à l’avant-garde  -  Islam cela veut dire paix !

Dimanche du 23 mai, on a débuté la journée avec une séance de spiritualité plurielle, dans une atmosphère très sereine, avec la récitation d’une partie du Cantiques des Cantiques.

Nous avons assisté à un  débat sur la sexualité et la spiritualité,  « le sexe et l’esprit font-ils bon ménage ? » Autours d’une table ronde, en présence d’un curé, d’une écrivaine, d’un anthropologue, d’un psychanalyste et d’un sexologue. Un débat très enrichissant ; des points de vu très diversifiés, sans pour autant arriver à un consensus clair.

Le même jour, on a assisté à un autre atelier dont le thème était : « qu’est-ce qui commande dans ma vie affective et sexuelle ? » Chacun a fait part de son expérience personnelle, très diverse ; on a vu que ça évolue continuellement durant toute sa vie. Des séances de relaxation étaient mises à notre disposition par exemple le yoga, le massage, Tai ji Quan…

Lundi le 25 mai, on a discuté sur le thème « sexualité, sida…et moi dans tout ça ? » ; ce fut un moment de partage entre des gens avec des vécus parfois très difficile par rapport au VIH, d’autres souffrant d’une angoisse par rapport au sida, ou même d’autres ayant des compagnons sidaïques, sans oublier la prévention !

Clôture du jar – un moment de remerciement pour ceux qui ont animés des ateliers. A la fin des JAR, on a été divisé en plusieurs petits groupes de dix personnes environ (femmes et hommes séparément) pour parler de ce qu’est pour soi L’HOMME ou la FEMME (genre).

 

Merci à J. C. pour son compte-rendu ;

Merci à DJ de nous avoir invité à ces JAR – 2010.

 


Retour haut de page










Partager




    

COLLECTIF CITOYEN POUR UN ISLAM DE FRANCE VÉRITABLEMENT INCLUSIF, 

& UNE LAÏCITE VÉRITABLEMENT RESPECTUEUSE DE TOUTES LES CROYANCES.

Porte-parole, L.Zahed

Au plaisir de bientôt vous comptez parmi nous.
http://www.homosexuels-musulmans.org
homomusulmans@gmail.com



           

HM2F, notre collectif citoyen, est coordinateur international de la conférence CALEM,
membre de la
Fédération LGBT,
du RAVAD, de l'ILGA et membre fondateur du MTE

Le collectif HM2F est l'aboutissement d'une collaboration fraternelle entre des homosexuel(le)s (ou des citoyens appartenant à d'autres minorités sexuelles visibles) : qu'elles ou qu'ils soient athés, de confession juive, de confession musulmane, chrétienne, bouddhiste ou autre... C'est une grande fierté !
Et nous fomentons le secret espoir à la face du Destin, que cette pluralité et ce "vivre ensemble" citoyen et collégial,
restera la pierre angulaire sur laquelle nous continuerons de bâtir nos projets communs, inch'Allah.