HM2F    |  Compte rendus des réunions  -  Réflexion Islam
 



« Lis au nom de ton Seigneur qui a tout crée, 

qui a crée l'être humain d'une adhérence! 

Lis, car la bonté de ton Seigneur est infinie ! 

C'est lui qui a fait de la plume un moyen du savoir 

et qui a enseigné à l'être humain ce qu'il ignorait. »

CORAN: 96.1-5

CALEM | 2010     -   Manifeste pour un moratoire sur la criminalisation 

des relations affectives & homosexuelles entre adultes consentant



Dans de nombreux pays musulmans aujourd'hui, des millions de frères et sœurs LGBTQI* ont à faire face à la stigmatisation, la discrimination et parfois la violence de leurs coreligionnaires.

Certains musulmans expriment encore de la violence directe ou indirecte à l'encontre des minorités sexuelles musulmanes. Ils nous déshumanisent, en condamnant nos amours et notre sexualité, en prétendant que nous ne sommes pas assez humains pour exprimer une véritable spiritualité ; que notre existence même doit être considérée comme une menace pour l'ordre public. Dans plusieurs pays musulmans l'homosexualité est encore passible de la peine de mort !

L’Islam est une religion de Paix. Tout bon croyant se doit de lutter contre la violence de l’homophobie. Une minorité d’extrémistes religieux tentent de promouvoir une identité hégémonique basée sur une masculinité toute puissante illusoire. Ils ne reconnaissent pas le fait qu’il peut y avoir une différence entre genre, sexe et sexualité.

Ces extrémistes utilisent de faibles connaissance scientifique ou des preuves scripturaires apocryphes, afin de condamner notre nature profonde. Néanmoins, notre prophète bien-aimé nous a acceptés comme nous sommes ; ceux que l’on appelait alors les « mukhanathun » servaient même la famille de notre saint Prophète , parmi ses épouses et ses enfants.

Aujourd’hui, ces musulman-e-s appartenant à une minorité sexuelle sont bien souvent des membres respectables de la communauté. Ils ne vivent pas en autarcie, mais au sein des populations musulmanes. Ils prient dans nos mosquées et accomplissent le pèlerinage du Hadj côté à côte avec leurs frères et sœurs musulman-e-s.

Nous exigeons pour eux tous le respect et l'inclusion, conformément en cela à la Sunna du Prophète. Nous ne demandons pas de droits spéciaux, nous demandons à nos frères et sœurs musulman-e-s de respecter leurs droits humains fondamentaux.

C’est ainsi qu’aujourd’hui nous, simple citoyen-ne-s, intellectuel-le-s d'envergure ou personnalités musulmanes, demandons solennellement un moratoire afin qu’à terme, les relations affectives et homosexuelles entre adultes consentant, soient dépénalisées dans l’ensemble des pays musulmans et dans tous ceux où l’Islam fait entendre sa voix.












Au vue du nombre de nos activités qui depuis janvier 2010 se développent de manière exponentielle, veuillez nous demander les comptes-rendus de nos réunions et de nos activités directement par email - accueil.partage.HM2F@gmail.com






 

        Séminaire "Identités et pratiques homosexuelles dans le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam contemporains"    (lundi 9  janvier 2012 à l'EHESS)



Nous étions près de 35, membres de HM2F ou universitaires, ou militants associatifs divers,  à assister ce jour là au séminaire suivant...


Quatrième séance

9 janvier 2012 : Table ronde (1)
EHESS, 105 Bd Raspail, salle 8, 13h00

Synagogues, Eglises et Mosquées :
la question homosexuelle

avec la participation du Rabbin Michael Azoulay, de Père Laurent Lemoine,
de Marina Zuccon, de l’aumônier musulman Abdelhak Eddouk.  

Discutante : Danièle Hervieu Léger,
Directrice d’études à l’EHESS

Télécharger les fichiers audios de la séance, en cliquant 

en cliquant ici

Bien fraternellement, Abu Nu'man, Ludovic, Moussa & Za'eem - pour HM2F










________________________________________












        Réunion du vendredi 14 oct. 2011



Nous étions sept ce jour là, dont une soeur membre de HM2F. Nous discutons de la représentation de l'homosexualité dans le monde arabo-islamique, notamment par le biais du livre de Khaled el-Rouayheb : "Before homosexulity in the arab islamic world  " - traduit par "l’amour des garçons" alors que cette traduction supprime cette chronologie identitaire ! Mais l'éditeur est spécialisé dans l'héritage lacanien.

 

    La thèse étant qu’entre 1500 et 1800, le monde arabo-islamique ignorait le concept d'homosexualité, avec ici de nombreuses référence a l'éphèbe "imberbe" avant l'ère moderne - référence à la banalité de cette homoérotisme par des voyageurs européens. Et même en Europe au moyen-âge, il y aurait eut une tolérance de l'église, selon John Boswell, de mariage homosexuels ! Et surtout selon Boswell dans les royaumes andalou jusqu’à l’aire moderne. Avec sans doute l’interdiction de la sodomie, mais l’aspect licite des poèmes pour les éphèbes.

    L’homoérotisme à l’époque serait donc une réalité intrinsèque, une évidence. Ce serait comme prendre une vérité transhistorique et d'en faire une histoire (ex: « l’histoire des Femmes »). Alors même que de Foucault par exemple a mis en exergue la construction sociale des catégories de sexe ou de genre. Ex: aujourd’hui selon l'auteur, les penchants suffisent a vous catégoriser de manière « performative » en tant qu'homosexuel, alors qu'avant les « sodomites » étaient seulement ceux qui la pratique. Sans compter que « l'actif » n’était pas considéré comme le « passif », etc.

    L’auteur considère l’absurdité de la démonstration de ceux qui pensent l’essentialisme de l’homosexualité - idée selon laquelle le genre et la sexualité ne serait pas construit -, et du fait que le désir se reporterais simplement sur des hommes car il y aurait trop de femmes. Pourtant on peut prouver exactement la chose inverse, en disant que justement s’il n’y a pas assez de femmes, donc les hommes deviennent homosexuels.

    L'étude de Rouayheb se cantonne a la période ottomane du 16èm jusqu’au 19èm siècle - période de rencontre avec la morale européenne moderne, victorienne…



Pour clotûrer notre réunion qui fut bien enrichissante, une petite douaa par notre frère D. :

« SOUBHANA RABIKA RABI L3IZATI 3AMA YASSIFONE WA SALAMOUNE 3ALA LMORSALINE WA LHAMDOLILAHI RABI L3ALAMINE, WA SALATI WA SALAM 3ALA NABIYINA MOHAMMAD WA 3ALA ALIHI WA ASHABIHI L-ADJMA3INE. »




Consulter aussi :
- L'article de Frédéric Lagrange
- L'article de Jocelyne Dakhlia
- L'article d'Eric Fassin
- La bibliographie de CALEM












________________________________________







        Première réunion organisée par le référent de la commission (vendredi 10 déc. 2010)


Des fois, c'est plus facile de se confier et d'ouvrir son cœur à un inconnu, que de le faire à une connaissance. Car devant l'inconnu, on ne se sens pas juger. C'est sans doute ce principe que Majid, notre cher frère référent de la commission « Réflexion Islam » à mis en pratique pour sa première réunion. Nous étions une quinzaine à avoir exprimé des pensées pour la plus part d'entre nous enfouies depuis bien trop longtemps au fond de notre âme.

L'un de nos sympathisants présent avec nous me confirma que grâce à cette réunion, il se sent plus concerné par le sort des autres : « je croyais que tout les gens étaient heureux, car je l'étais, mais je me rend compte que les apparences sont trompeuses, et que derrière chaque personne peut se cacher une autre qui fait semblant de vivre dans la sécurité, alors que même la pensée du lendemain lui fait peur... De ça j'apprendrai à écouter d'avantage les gens qui m'entourent. Je ferai des efforts ».

Une leçon de vie en une heure et demi, c'est ce que notre frère Majid nous a inculquer. Parler de soi est la première étape pour combattre ces démons intérieurs. On a aussi appris, qu'aujourd'hui nous n'étions pas seul, HM2F avec ses bénévoles et ses référents qui sont présent pour nous et le seront Inchallah au futur.

 

 

Retranscription

 

Alors salam aleykoum : je m'appel Madjid et je suis musulman. Je demande à chacun de se présenter ainsi. Celui qui n est pas musulman, j’aimerais simplement qu’il dise qu’il n est pas musulman (sans préciser de quelle confession il est). J'ai l'habitude de ce genre de réunions anonyme que j'ai déjà fais (…). C’est de manière général aussi le système de partage instauré par Ludo pour nos partages au sein de HM2F, a main levé, on lève la main, et on ne parle pas sans lever la main, importance du système et sens du truc, quand ça se déroule … ne pas interrompe les autres, toujours dire des choses . Le partage à un temps assez court ou vous êtes libre de vos partages, vous êtes maitre de votre discours, la liberté de choisir, mais respect de l’anonymat ! C’est un format spécial, vu que c'est une première pour la commission RI.

 

On commence par Ludo par la prière, toute réunion commencera par une prière :

« Allah ou ma sali alla mouhamed notre Prophete ASWS...

achadou ana la illaha ila alla oua anna Mohamed rasoulou Allah. »

 

Quelques règles ; quand je me présente, je dois respecter certains détails, comme : lorsque quelqu’un dit « Je m’appel... », réponse par le Salam ! ! ! salam Madjid … Besoin de feed back ! ! ! Quand ya des choses qui ne plaisent pas (des choses qui peuvent maitre en colère l'autre)... ou des réactions, en parlant globalement, je ne suis pas d'accord ! ! ! Dans les interdictions il ne faut pas designer une personne face à face (pas de règlement de compte), car cela crée des tensions. Principes centraux des réunions : confiance, respect, confidence ! Modérateur (Madjid) ça va tourner et le tour de chacun viendra. A la fin de chaque réunion, on soumettra une enveloppe (tradition qui permet de recevoir de l'argent) une pièce symbolique … On va tous tiré un papier et de partager une expérience personnelle à propos du thème indiquer sur le papier … Salam je m’appel (…). Nous prenons quelques minutes pour que chacun se présente. Puis nous procédons à la distribution de petits papiers avec thème ! ! ! Allusion à la thérapie de groupe ; force du groupe, besoin de certains personne comme ça !

 

 

Salam, je suis L. et je suis musulman : j’ai tiré le mot « Dépression » ! Dépression morale ou économique; sensible, car je me pose des questions, je me projette dans l'avenir, c’est comme si j’en voulais au bon dieu, mais nous sommes de vieux intime et il comprend bien. Certaines choses me trottent dans la tête. J’ai l’impression d’un retour des mêmes cycles et malgré les efforts que je fais (prières, jeûne, lecture du Coran, etc.) problèmes irréductibles, insurmontables qui ne dépendent pas de moi. Je peux certes m'exténuer au travail, mais être en face d'une problématique qui ne dépend pas de moi est compliquer et avec l'âge cela devient de plus en plus difficile …

 

 

Salam je m'appel E. : « soumission ». On peut traiter ce terme par deux sens, divin et humain (soumission envers la société, être soumis envers d'autres personnes, terme péjoratif) je veux parler de cela : en négatif : j'ai été soumis, parce que j'vais peur, face a des choses que j'étais incapable de résoudre, me trouvai dans une impasse, ou il n ya pas d'issues, prier sans trouver la solution, me disant que je devais faire comme les autre et écouter les autre, et j'ai a cause de ça, perdre la capacité de la concentration intellectuelle, cela m’a fais réfléchir, je n'ai jamais été athée, cela m’a fais réfléchir et révolté, et je le suis toujours en quelque sorte. Depuis trois ans (en arrivant en France) j’ai eu peur du manque de respect, que les autres ne se vengent pas sur moi, pour ne pas être perdu. Et avec le temps (ensuite) j'ai appris a être directe grâce a des magazines français, et là je continu à protester face à des situations difficiles et aujourd'hui, je me force a m'exprimer … Pour conclure, je voudrais dire : que personne n'abuse de votre gentillesse, et il faut savoir se défendre psychologiquement.

PS : j'ai une petite proposition a vous tous … de se réunir plus souvent …. plus nombreux … selon la philosophie musulmane la communauté importe fort … et pour ne pas se sentir isolé, c'est très utile de se voir le plus souvent possible … (on doit se voir chaque jours dans un pays musulman). Le Coran aide à comprendre que l’on ne plaisante pas avec la vie, si Allah te donne un cadeau il faut en jouir et bénir Allah.

 

 

 

Salam je m'appel M., je suis un peu fatiguer, mais je vais y aller quand même, j'ai tiré un mot qui me fais tres peur : « Amour » ; j'ai l'impression d'être persécuté et que personne ne me comprend, aujourd'hui je me rétabli après des problèmes personnels (…) c'est depuis deux ans que je me dis : être encore en vie et en bonne santé, c'est pas anodin, ya forcement une force derrière … L'image que j'ai de Dieu est une image, Dieu nous veux du bien et n’a pas envie de nous punir. Encore aujourd'hui, je suis un peu parano, mais Dieu merci je ne suis pas fou, l'identité sexuelle, je mets ça dans le mal être. L’amour, j'admets que l'amour avec une personne du même sexe c’est difficile pour moi ... J'espère que cette dynamique va nous aider et pendant deux ans, ce genre de dynamiques de groupe m'ont sauvé car il y a deux ans, j'étais au bord du suicide, la force du groupe, j'y arrive, je me sens entouré, rassuré, c'est comme ça que je le vis, d'autre vivrons d'une manière moins dramatique, je vois le temps passer, j'ai 33 ans, et je ne veux pas me réveiller un jour en me disant que j'ai raté des choses.

 

 

 

Salam, je suis musulman, je suis A. ; « Folie » : je pense que je serais toujours folle et j'adore ça car ça ne m'intéresse pas d'être dans la norme ordinaire, je veux être extraordinaire, en épousant l'islam, j'ai étais sauvée de (…). La religion m’a sauvé et m’a donné un sens dans ma vie, et mon travaille m'apporte et me procure satisfaction. Devant les soucis récents de la vie, l'association m'apporte beaucoup et le groupe me rassure, car je sais qu'il ya des gens sur qui je peux compter.

 

 

Salam, je m'appel U. ; je suis muslim : « Culpabilité » … et la culpabilité, je me sens coupable à cause de ce que je ne dois pas faire comme l'alcool, je me pose la question dois-je faire ou ne pas faire des choses ? Des fois je me sentais coupable auprès de dieu, me rappelant de l'époque où j'étais agnostique (doute et questionnement à propos de l'existence de dieu). Je viens d’Ouganda où j’étais activiste dans une association pour les droits des gays et quand je vois qu'il y a des gens qui meurent à cause de leurs sexualités, je m'effondre... En ce moment, je me sens coupable parce que j'ai une mauvaise nouvelle a annoncé à un ami ; je me sens coupable aussi parce qu'un ami a moi est décédé et je n'ai rien pu faire.

 

 

 

Salam. L., je suis marocaine d'origine marocain, et c'est mal perçu dans ma culture, je suis intéressée par le rapport religion sexualité … « la mère ». On dit que le paradis est sous les pieds des mères (el janat tahta aqdame el oumahat) : je suis en confrontation avec elle, à cause du mariage, donc aurai-je le paradis ?

 

 

 

D. : « mariage ». Je me suis posé la question sur le mariage un tas de fois, une question récurrente qui me revient souvent : le statut du mariage dans la culture musulmane (importance du mariage dans ma culture mauricienne). Travaille et mariage vont de paire ! ! ! Qu'est ce que le mariage ? Pour moi c'est pas important ! ! ! On doit se marier parce que  la société serait pleine de tentations et mon père refuse de me comprendre quand je lui dis que je ne veux pas me marier car dans la sounna c'est obliger (selon la tradition). On dit que le mariage est l'accomplissement de l'être … Vue que je suis incapable de procréer ! Que dois-je faire alors ? Ou vais-je ? Que vais-je faire quand je repars chez moi ? Comment tenir tête … ?

 

 

 

Je m'appel S., je ne me parle pas beaucoup, la foi me porte et m'accompagne, mais l'isolement n'en fais pas partie … La foi est là, concernant ma sexualité je pense que toutes les vérités ne sont pas bonne a dire. Merci.

 

 

Y. : « sexualité ». Ca rejoint ce que l'on vient de dire ! ! Mariage et autres choses ; lieux de notre rencontre, c'est le pourquoi de notre présence ! ! ! Je pense qu'on peux toujours trouver une comptabilité à cela, et je crois que chacun peut faire son interprétation du coran …

 

 

Y.; 24 ans : « jugement » ; je ne me sens pas prête pour parler, je suis la autant qu'observatrice, et inchAllah la prochaine fois...

 

 

A. : « désir » ! Je n’ai rien à en dire.

 

 

M. : « identité sexuelle ». Le mot qui me frappe en premier est l'identité, on a tous une identité avant d'être des sexes... Dieu nous a crées comme on est : les doutes viennent avec la société …

 

 

C., je ne suis pas musulman. Je n’ai rien à dire pour le moment.

 

 

S. : « Prophète ». Il nous faut connaitre le coté humain et pas seulement le Divin.

 

D. : « hadith ». Concrètement, et directement, la plus part des interprétations, autant que muslim, faut pas trop interpréter les hadiths parce qu’on n’est pas savant …

 

U. : « Sounna » ! La souna est une option qui rejoint le fardh … je crois aux miracles : prophètes ! Hadith, sounna ! On se concentre sur l’obligation et on oublie la sounna ! ! ! Et pour moi c’est important de mettre ces choses : obligation et sounna dans le même sac …

 

Y. : « père » ! Relation profonde …

 

M. : « l'acceptation de soi ». Je me demande si je vais m’accepter ou pas ! ! ! Même si dans mes relations amicales je parais normal ; je ne me suis pas accepter encore …

 

Pour clotûrer notre réunion qui fut bien enrichissante, une petite douaa par notre frère D. :

« SOUBHANA RABIKA RABI L3IZATI 3AMA YASSIFONE WA SALAMOUNE 3ALA LMORSALINE WA LHAMDOLILAHI RABI L3ALAMINE, WA SALATI WA SALAM 3ALA NABIYINA MOHAMMAD WA 3ALA ALIHI WA ASHABIHI L-ADJMA3INE."

Wassalam halaykoum oua rahmatou Allah oua barakatouh - Madjid & Samy

 




Retour haut de page








Partager




    

COLLECTIF CITOYEN POUR UN ISLAM DE FRANCE VÉRITABLEMENT INCLUSIF, 

& UNE LAÏCITE VÉRITABLEMENT RESPECTUEUSE DE TOUTES LES CROYANCES.

Porte-parole, L.Zahed

Au plaisir de bientôt vous comptez parmi nous.
http://www.homosexuels-musulmans.org
homomusulmans@gmail.com



   

HM2F, notre collectif citoyen, est coordinateur international de la conférence internationale
CALEM - financée en 2012 par le conseil de l'Europe et qui reçu le prix
Pierre Guénin de SOS homophobie -,
membre de la Fédération LGBT, du RAVAD, de l'ILGA ;
membre des collectifs interassociatifs Pinar Selek et IPERGAY, et
membre fondateur du MTE.

Le collectif HM2F est l'aboutissement d'une collaboration fraternelle entre des homosexuel(le)s (ou des citoyens appartenant à d'autres minorités sexuelles visibles) : qu'elles ou qu'ils soient athés, de confession juive, de confession musulmane, chrétienne, bouddhiste ou autre... C'est une grande fierté !
Et nous fomentons le secret espoir à la face du Destin, que cette pluralité et ce "vivre ensemble" citoyen et collégial,
restera la pierre angulaire sur laquelle nous continuerons de bâtir nos projets communs, inch'Allah.